Dakartimes Blog A la une BAISSE DES PRIX DES DENREES POUR DES FAMILLES SANS REVENU PEU PERTINENT ?
A la une

BAISSE DES PRIX DES DENREES POUR DES FAMILLES SANS REVENU PEU PERTINENT ?

Le Gouvernement du Sénégal a annoncé hier une baisse légère de quelques produits de grande consommation.  Cette décision était bien attendue par les populations, surtout par les chefs de famille. Il faudra tout de même saluer l’initiative heureuse des autorités sénégalaises notamment, le Chef de l’Etat Bassirou DIOMAYE FAYE qui a respecté son engagement. Seulement, la mesure serait plus pertinente si les autorités avaient agi sur les revenus des chefs de famille. Car, cette baisse n’a de sens que lorsque les familles auront des revenus durables pour aller au marché. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Il faut alors remarquer que les autorités sont en train de répéter les mêmes erreurs que Macky SALL. La solution n’est pas de baisser mais plutôt d’augmenter les revenus des travailleurs et d’offrir de l’emploi aux jeunes.

Pendant tout le temps qu’il était au pouvoir, le président Macky SALL  jouait sur les fluctuations des prix pour réduire ou pour maintenir la tendance. Seulement, les gouvernants ont intérêt à comprendre qu’ils n’ont aucune maitrise sur les prix, surtout concernant les denrées importées. Même s’ils l’ont compris, pour des raisons politiques, ils refusent de tenir un langage de vérité aux familles.

L’Etat du Sénégal ne peut pas agir sur les prix des matières produites dans d’autres pays. Mieux encore, il y a des facteurs exogènes qui interviennent dans la procédure de fixation des prix. Le plus déterminant concerne les coûts du transport de la Russie, de l’Ukraine, de l’Inde etc vers l’Afrique.

Deux crises internationales influencent négativement les prix des denrées. Il s’agit de la guerre en Ukraine qui perturbe les circuits des échanges commerciaux. S’y ajoutent aussi les conflits au Moyen-Orient exacerbés par les opérations militaires des Houtis qui perturbent les échanges maritimes internationaux à partir de la Mer Rouge. Toutes les compagnies maritimes ont augmenté leurs coûts de transport. Et il faudra s’attendre à une hausse des produits pétroliers à travers le monde.

Lorsque les navires passent par l’Afrique de l’Est pour effectuer un contournement vers le Cap de Bonne Espérance (Afrique du sud) avant d’arriver en Afrique de l’ouest, la durée et les prix des transports, passent du simple au triple. Ce trajet élastique accroit les coûts du transport de certains produits stratégiques vers l’Afrique occidentale. Ces facteurs exogènes sont hors de portée des gouvernements africains qui subissent la réalité du marché. Nécessairement, cela participent à la hausse des prix dans tous les pays importateurs. Mieux encore, les nouvelles autorités semblent ignorer que le Sénégal applique l’un des prix les plus bas dans l’UEMOA, au moment où la Côte d’Ivoire, le Togo,  les pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) etc… ont laissé leurs prix flambé. La vérité des prix s’applique dans tous ces pays.

Le Gouvernement ne devra pas suivre cette clameur autour de la baisse des denrées. Car, il est plus pertinent d’agir sur les revenus des travailleurs et d’offrir de l’emploi aux jeunes que de baisser des prix qui vont encore sous peu augmenter. La vérité est que, malgré ces baisses, d’ici quelques mois, les prix vont encore grimper à cause de ces crises internationales qui impactent le quotidien des pays sous-développés.  Il faut aussi s’attendre à une levée des subventions comme le Fmi l’exige avec insistance depuis 2021.

Il faut reconnaitre que la situation économique du Sénégal est assez difficile. Et les autorités devraient plutôt s’appuyer sur les acteurs pour trouver une solution durable face à l’instabilité des prix des denrées. La gestion solitaire du pouvoir par les autorités, entrainera des maladresses qui auront des conséquences regrettables sur les ménager.

Les autorités gagneraient à s’ouvrir avec humilité, aux meuniers par exemple, ainsi qu’à l’ensemble des travailleurs qui sont aujourd’hui, dans l’obligation d’accompagner le gouvernement.

Sous peu, les nouvelles autorités verront que ces baisses n’ont aucun impact sur les ménages. La meilleure solution, c’est d’abord de dire la vérité aux populations, sur l’impertinence de la baisse des prix et de leur donner un rendez-vous dans un avenir proche pour prendre des mesures sur les revenus des travailleurs qu’il faudra augmenter avant de trouver des niches pour résoudre le sous emploi des jeunes. Modou FALL

Quitter la version mobile