juin 14, 2024
LA SOCIÉTÉ "MY MEDIA GROUP " SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU QUOTIDIEN "DAKARTIMES" DERKLE CITE MARINE N° 37. EMAIL: courrierdkt@gmail.com. SITE WEB: www.dakartimes.net.
Actualité

Comment la hausse du prix du Hajj rend difficile le pèlerinage à la Mecque

Le hajj ou pèlerinage à La Mecque en Arabie Saoudite est l’un des plus grands rassemblements religieux au monde. Il fait partie des cinq piliers de l’islam que tout fidèle se doit d’accomplir au moins une fois dans sa vie, s’il en a bien sûr les moyens financiers et l’aptitude physique et mentale.

Le pèlerinage dans cette ville sainte d’Arabie saoudite se déroule chaque année lors du dixième mois de l’année musulmane.

Au fil des années, les prix du Hajj ont connu une augmentation significative à travers le monde, et même si de nombreux fidèles sur le continent veulent s’acquitter de ce devoir religieux, cette hausse vertigineuse du coût d’année en année rend le pèlerinage de plus en plus inabordable et brise le rêve de milliers de personnes.

Les voyagistes et autres professionnels du secteur pointent du doigt la flambée des prix du transport aérien et les augmentations décidées par les autorités saoudiennes.

De 2.300.000 FCFA en 2021 à 3.250.000 FCFA en 2024 au Niger

Au Niger, le prix du package pour le hajj connaît depuis 2022 une hausse substantielle, passant de 2.300.000 FCFA en 2021 à 3.250.000 FCFA en 2024.

Et cette flambée du coût du hajj rend de plus en plus difficile l’accomplissement de ce pilier par beaucoup de Nigérians qui d’ailleurs se plaignent de cette hausse des prix.

« Nous souhaitons que nos autorités revoient à la baisse le prix du hajj qui est trop élevé, surtout en ce moment où le Niger vit une situation économique difficile. Le Niger est un pays musulman donc tout le monde aspire à faire le hajj. Il y a beaucoup de fonctionnaires qui peinent à avoir de quoi effectuer le pèlerinage, » estime Zahradine Hassoumi, futur pèlerin trouve trouvé dans les locaux d’une agence à Niamey.

Si malgré cette hausse, Zahradine a pu verser l’intégralité de cette somme nécessaire pour le hajj, ce n’est pas le cas pour Mme Adamou Biba qui peine depuis deux ans à mobiliser plus de trois millions de francs CFA pour accomplir ce pilier de l’islam.

La quinquagénaire ayant effectué un premier versement reste pessimiste quant à la suite. “Trois millions, ce n’est pas un prix abordable et surtout pour un fonctionnaire de l’État qui n’a rien que son salaire. En une année, j’ai fait une tontine pour économiser de l’argent. J’ai eu jusqu’à 1.500.000, j’avais versé mon argent auprès d’une agence. A ma grande surprise, on a dit qu’on a augmenté le prix à trois millions. Et vraiment, ce n’est pas abordable pour une fonctionnaire à quelques pas de la retraite. Est ce que je peux encore économiser de l’argent ? Avec deux millions ça va, jusqu’à trois millions, c’est vraiment trop “, regrette Madame Biba.

Le syndicat des agences de pèlerinage décline toute responsabilité quant à la flambée du prix du Hajj et pointe du doigt les prestataires saoudiens et les agences de voyages.

« Les prestations saoudiennes qui étaient dans les 518 000 CFA et quelque, on s’est retrouvé l’année dernière avec 1 111 000 CFA, et cette année on a pu baisser les prix après une négociation avec les prestataires saoudiens”, estime Alhadji Moumouni Amadou, président du Syndicat national des agences de pèlerinage du Niger.

Cette année, le Niger a enregistré 10384 pèlerins au lieu de 15891 pèlerins, correspondant au quota qui lui est octroyé par l’Arabie saoudite.

Pourquoi cette hausse constante du prix du hajj ?

L’augmentation des prix du Hajj peut être attribuée à une combinaison de facteurs, notamment la demande croissante, l’explosion des coûts de transport, les coûts d’infrastructure et de maintenance, les réglementations de sécurité renforcées ou encore la dévaluation des devises.

En Guinée, le tarif du hajj 2024 est fixé à 54 800 000 Francs Guinéens (GNF) soit l’équivalent d’un peu plus de 3.700.000 FCFA. Ce tarif est moins élevé que celui de l’année dernière qui s’élevait à 60 000 000 GNF soit environ 4.200.000 FCFA.

Cette année, le nombre de places pour le hajj est limité à 10 000 pèlerins en Guinée.

L’organisation du hajj est une manne financière pour les opérateurs privés et les agences de voyage, qui sont parfois accusés par les pèlerins de surenchérir sur les tarifs des prestations.

“Financièrement parlant, nous ne sommes pas ceux qui fixent les prix du pèlerinage, ça dépend de beaucoup de facteurs en Arabie Saoudite, que ce soit les logements, que ce soit la restauration, que ce soit les visas et d’autres coûts aussi. Et ceci dit, après tout, c’est le gouvernement qui fixe les prix à partir des rubriques qui viennent de l’Arabie Saoudite”, affirme Mohamed Saloum Cissé, directeur général de Dunya Voyage à Conakry.

“Mon rêve”

Certains pèlerins passent toute leur vie à économiser pour le voyage ou attendent des années avant d’obtenir un permis, que les autorités saoudiennes distribuent aux pays sur la base d’un système de quotas. Les agences de voyage proposent des forfaits adaptés à tous les niveaux de revenus, et des associations caritatives viennent en aide aux pèlerins dans le besoin.

Farida, fonctionnaire égyptienne à la retraite, a économisé pendant cinq ans pour faire le Hajj.

“Toutes mes économies ne suffisent pas à payer le voyage. Lorsque j’ai vu la liste des prix, j’ai été choquée”, dit-elle.

Farida – ce n’est pas son vrai nom – est veuve et mère de cinq enfants. Elle a également demandé à ne pas être identifiée car elle ne souhaite pas critiquer publiquement les autorités égyptiennes au sujet de l’augmentation du coût de la vie.

Farida déclare qu’accomplir le Hajj est “mon rêve”, ajoutant :”Le Hajj purifie l’âme”.

Elle explique que ses enfants sont tous mariés et que “les responsabilités sociales et financières ne pèsent plus sur mes épaules”. “Il est temps d’aller au Hajj.”

Un sacrifice financier pour les pèlerins

Le tarif du pèlerinage aux Lieux saints de l’Islam dépend essentiellement de la politique et stratégie d’Arabie Saoudite (agrandissement, nouvelles infrastructures, logistique, sécurité, hébergement, etc).

Le hajj est un défi financier et logistique pour les fidèles du monde entier.

Cette cherté du prix du hajj oblige ainsi de nombreuses personnes à faire d’énormes sacrifices financiers pour effectuer ce pilier de l’Islam. Et même si certains pays subventionnent le voyage de leurs ressortissants, la majeure partie des coûts est supportée par le pèlerin.

Les rites du Hajj s’étendent sur une période de près de six jours, du 8 au 13 de Dhul Hijjah, avec diverses pratiques et expériences pour chaque jour.

Un forfait complet pour le Hajj comprend de nombreux éléments différents qui contribuent au coût total du voyage :

Prix des billets d’avion à destination et au départ de l’Arabie saoudite est inclus dans le coût total du Hajj, de même que les réservations d’hôtel à la Mecque et à Médine.

Transport en Arabie Saoudite: Vous devez également payer pour les moyens de transport à La Mecque et à Médine.

Tentes de Mina : Pendant le Hadj, vous devez passer plusieurs jours dans les tentes climatisées de Mina. Ces tentes augmentent également le prix du Hadj.

Outre les facteurs énumérés ci-dessus, de nombreux autres facteurs mineurs jouent également un rôle majeur dans la détermination du coût total du Hajj.

Le pèlerinage commence le huitième jour du mois lunaire islamique de Dhul Hijjah, qui correspond cette année au 14 juin dans le calendrier grégorien, et dure de cinq à six jours.

Les derniers jours du Hajj coïncident avec l’Aïd al-Adha, ou fête du sacrifice, un événement joyeux célébré par les musulmans du monde entier pour commémorer l’épreuve de foi d’Ibrahim. Pendant les trois jours de l’Aïd, les musulmans abattent le bétail et distribuent la viande aux pauvres.

Tous les ans, le pèlerinage à la Mecque attire généralement entre 1,5 et 2,5 millions de pèlerins. L’Arabie saoudite attribue à chaque pays un quota annuel basé sur le nombre de musulmans qui y vivent.

Le plus grand quota est attribué à l’Indonésie, la plus grande nation musulmane du monde, avec une population de 270 millions d’habitants. Cette année le quota de pèlerins est de 241 000 pèlerins contre 221 000 en 2023.

 

BBC Afrique

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image
Choose Video
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X