avril 16, 2024
LA SOCIÉTÉ "MY MEDIA GROUP " SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU QUOTIDIEN "DAKARTIMES" DERKLE CITE MARINE N° 37. EMAIL: courrierdkt@gmail.com. SITE WEB: www.dakartimes.net.
Actualité

L’agression, , dans la nuit du jeudi dernier, de la journaliste Maimouna Ndour Faye, Directrice générale de la chaine de télévision privée 7 TV a plongé le Sénégal dans l’émoi et la consternation, plus particulièrement le milieu médiatique où elle évolue. Hier, après que la nouvelle fut répandue, comme une trainée de poudre, le concert d’indignation pour dénoncer cet ignoble acte a vite pris le dessus sur l’actualité du pays. Du président de la République, aux acteurs de la société civile, en passant par les leaders politiques, religieux, coutumiers, aux organisations nationales et internationales de la presse, cette douloureuse et lâche agression que rien ne justifie, est sévèrement condamnée. Aujourd’hui, la sécurité des femmes et hommes de médias au Sénégal est une réelle problématique qui nécessite de la part, surtout des autorités, une détermination plus accrue et solide pour redorer le blason du « 4ème pouvoir », outil essentiel pour ne pas dire incontournable dans la marche de la démocratie.

« Après son émission, elle (Maimouna Ndour Faye) est rentrée chez elle. Dès qu’elle est descendue de son véhicule, un individu l’a assommée, traînée et poignardée à trois reprises. Puisqu’elle parlait au téléphone, la personne avec qui elle communiquait, a eu l’intelligence d’appeler ses proches qui sont vite venus à son secours ». Ces explications émanent du journaliste Mamadou Awa Ndiaye, interrogé par la TFM, hier. Selon le confrère, les médecins ont assuré que la vie de MNF est hors de danger, mais qu’elle souffre « atrocement », aux urgences de l’hôpital militaire de Ouakam. Par ailleurs, Maimouna Ndour Faye a été poignardée par un individu alors qu’elle rentrait de travail ; elle venait de terminer son émission avec le député Farba Ngom qui était son invité.

Le président Macky Sall : « Aucune forme de violence ne saurait être tolérée »

Suite à cette barbarie, presque tous les Sénégalais ont vigoureusement dénoncé cette agression sur une femme, en ce début du mois de mars dédié aux femmes. Le président MackySall n’a pas tardé à réagir pour déplorer cet ignoble acte. « Je condamne fermement cet acte de violence lâche et inexcusable contre la journaliste Maimouna Ndour Faye. » Pour le premier journaliste, « la liberté de la presse est un droit fondamental qui doit être protégé et respecté en toutes circonstances. » Mais, pour le chef de l’Etat, « aucune forme de violence ne saurait être tolérée, et les responsables de cette agression devront répondre de leurs actes devant la justice. Je tiens à lui exprimer tout mon soutien et réitère mon engagement à garantir un environnement sûr et serein pour tous les professionnels des médias dans notre pays. »

A l’instar du président Macky Sall, d’autres personnalités se sont indignées de l’agression de MNF. Voici les différents témoignages des uns et des autres :

Le Premier ministre, Amadou BA, s’exprimant sur cette agression de MNF, dira, pour sa part: « L’agression perpétrée contre la journaliste Maïmouna Ndour FAYE est inacceptable. Il s’agit d’une violence intolérable à l’encontre de la Femme à qui le mois de Mars qui débute est dédié. J’exprime ma compassion à la victime et lui souhaite un prompt rétablissement. Les diligences nécessaires seront menées pour que les auteurs soient remis à la Justice »

Cheikh Bakhoum : « l’agression de la journaliste MaïmounaNdour Faye est inqualifiable. Au-delà de sa personne, c’est la liberté de presse et d’opinion qui est attaquée. Cet acte ne doit pas rester impuni. Je lui souhaite un prompt rétablissement et lui témoigne toute ma solidarité. »

Aly Ngouille Ndiaye : « J’ai appris avec peine, l’agression odieuse dont a été victime Madame Maimouna Ndour Faye, journaliste et Directrice générale de 7TV. Je condamne vigoureusement cet acte barbare. Je lui souhaite un prompt rétablissement et exige que toute la lumière soit faite sur cette affaire. »

Khalifa Ababacar Sall : « Indignation totale face à l’agression barbare de la journaliste Maimouna Ndour Faye. Cet acte violent ne trouve aucune justification dans une démocratie qui consacre la liberté de presse. Je souhaite un prompt rétablissement à la directrice de la 7TV. J’exige que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que les auteurs soient poursuivis ».

La sociologue Fatou Sow Sarr : « L’agression de MaimounaNdir Faye est un signe de plus de la dérive dans laquelle s’enfonce notre pays. Je lui témoigne toute ma compréhension et lui souhaite un prompt rétablissement. Que Dieu veille sur elle. »

Abdou Karim Sall : J’exprime toute ma compassion et ma solidarité à notre sœur Maïmouna Ndour Faye, victime d’une agression lâche, barbare et ignoble. Au nom de la liberté de presse, cette attaque préméditée doit vite être tirée au clair. Courage à MNF ! Vive la presse libre !

El Hadj Mame Boye Diao : « C’est avec stupeur que j’ai appris l’agression lâche dont a été victime la journaliste et Directrice Générale de 7TV Maimouna Ndour Faye. Cette agression en plein mois de mars mois de célébration de la femme et après une journée de travail dans la mission noble d’informer qu’elle s’est assignée démontre à suffisance le niveau de barbarie dans lequel est entrain de plonger notre pays. De la violence verbale nous plongeons dans la violence physique. Notre cher Sénégal jadis terre de fraternité, modèle de cordialité est entrain de toucher le fond. Je voudrais exprimer ma solidarité à sa famille, ses collaborateurs et au monde de la presse. Chère amie je te souhaite un prompt rétablissement et prie pour que cette expérience malheureuse renforce ta conviction à te battre pour la noble mission qui est la tienne. »

……..

Aminata Touré : « Je condamne avec la dernière énergie l’agression sauvage de la journaliste Maimouna Ndour Faye et j’espère que le coupable de cet acte odieux sera rapidement retrouvé et traduit en justice. Je souhaite à Madame NdourFaye un très rapide rétablissement.

Coordonnateur général du Forum Civil, Birahim Seck : « Nous dénonçons et condamnons sans réserve l’agression odieuse dont la journaliste Maimouna Ndour Faye est victime. Le Sénégal n’a pas besoin de ça. Prompt rétablissement sister. »

Président de la Coalition Karim 2024 (K24), Karim WADE : « L’attaque contre Maimouna Ndour Faye est une attaque contre tous. Cette violence est inacceptable dans notre société. Maimouna mérite notre soutien inconditionnel. Que cet acte barbare nous mobilise pour garantir la sécurité et la liberté de chaque Sénégalais. Maimouna, nous sommes avec toi. »

………………..

Idrissa Seck et Déthié Fall condamnent

Idrissa Seck se joint à la vague de réactions et de condamnations suite à l’agression de Maimouna Ndour Faye. Sur sa page Facebook, le leader de Rewmi parle d’un “acte sauvage” et milite pour la protection de la presse. 

“Je condamne avec fermeté l’acte de violence sauvage perpétré contre la journaliste, madame Maïmouna Ndour Faye. Je lui témoigne ma compassion et lui souhaite prompt rétablissement. La protection de la presse et de la liberté d’expression est un devoir dans toute démocratie”, a réagi Idrissa Seck, sur seneweb.

Quat au leader du PRP et candidat à la Présidentielle, DéthiéFall, il souhaite que les autorités compétentes se saisissent de cette affaire pour faire la lumière.

“Je me solidarise avec tout le personnel de la chaîne 7TV et tous les journalistes suite à l’agression sauvage de la journaliste et PDG Maimouna Ndour Faye. Je condamne fermement cet acte, grave, inadmissible et injustifiable et demande aux autorités de prendre toutes les dispositions pour que la lumière soit faite sur cette agression. Je souhaite un prompt rétablissement à Maimouna Ndour Faye et lui transmets ma totale compassion”, affirme Déthié Fall, selon seneweb.

…………

Abdourahmane Diouf : « Réveil brutal avec l’agression de la journaliste Maimouna Ndour Faye. Je condamne avec la dernière énergie cet acte odieux à l’encontre de la dignité humaine. Je souhaite un prompt rétablissement à MNF en pensant à sa famille et à ses collègues. J’espère qu’une enquête sera diligentée pour qu’une telle agression ne reste pas impunie. Je réitère mon appel pour un Sénégal de paix et de justice où toutes les sensibilités pourront être exprimées.Reviens-nous vite MNF ! »

…………………………..

Les responsables du PUR condamnent et exigent que lumière soit faite

La vague de dénonciation contre l’agression de la journaliste Maimouna Ndour Faye se poursuit. Les responsables du Parti Pur, dont le candidat Aliou Mamadou Dia et son frère de parti Cheikh Tidiane Youm ont tous dénoncé cette agression et demandé que les auteurs soient sanctionnés. 

“Je viens d’apprendre avec stupéfaction que notre sœur Journaliste et Patronne de Presse, Maimouna Ndour Faye a été sauvagement agressée cette nuit devant son domicile après son émission.
Je dénonce avec la dernière énergie cet acte odieux et lui souhaite un prompt rétablissement. Aux autorités, je leur demande de faire toute la lumière sur cette agression”, a indiqué le candidat à la présidentielle, Aliou Mamadou Dia

Cheikh Tidiane Youm, membre également du PUR abonde dans le même sens, 
“Peiné d’apprendre cette agression odieuse sur la journaliste Mme Maimouna Ndour FAYE. Je lui souhaite un prompt rétablissement et que les auteurs soient retrouvés et sanctionnés lourdement. Qu’Allah la préserve et préserve notre cher Sénégal !”, a-t-il écrit sur son compte X (ex Twitter). De Dakaractu

……………………………………

L’onde de choc suite à l’agression de notre consœur Maïmouna Ndour Faye 

CJRS : « Un acte lâche et barbare que nous dénonçons avec la dernière énergie ! »

Emedia rapporte que la Convention des Jeunes Reporters du Sénégal condamne fermement l’agression violente et injustifiée contre notre consœur Maimouna Ndour Faye. Un acte lâche et barbare que nous dénonçons avec la dernière énergie ! Maimouna NDOUR FAYE est une brave Journaliste, une Cheffe d’entreprise de presse qui est restée digne et forte malgré les nombreuses menaces à son encontre. Aujourd’hui, plus que jamais, elle a besoin de notre soutien dans ces moments difficiles. En attendant d’avoir les premiers éléments de l’enquête, nous lui souhaitons un prompt rétablissement et demandons à tous les confrères et consœurs de rester mobilisés pour que la Justice soit faite dans cette affaire et pour que la démocratie et la liberté d’expression restent une réalité au Sénégal.

TAS : « MNF est la dernière victime d’une série loin d’être épuisée »

MNF a souvent prévenu qu’elle était menacée, on ne l’a pas prise au sérieux. Elle-même a pris sans doute l’affaire à la légère ou peut-être n’a-t-elle pas vu changer le Pays où nous vivons. 

Le Sénégal, naguère un Pays de dialogue, de tolérance, où l’impertinence était chez elle, se transforme, sous nos yeux en un pays où l’intolérance se propage et s’exprime par une violence désormais amnistiée et libérée. 

MNF est la dernière victime d’une série loin d’être épuisée. Nous sommes nombreux à nous savoir menacés et à ne sortir que bien entourés. 

Ce qui rend l’agression contre MNF intolérable, c’est non seulement le modus operandi odieux (heure de prédiction de crimes, l’arme utilisée pour tuer après avoir défiguré à jamais) mais la cible choisie. MNF est l’incarnation de l’impertinence, du courage, de la liberté… L’une des rares à poser des questions qui fâchent à tous. Et à rire de tout. 

Voilà pourquoi tous les agresseurs connus ou inconnus, tous ceux qui humilient, balafre, insultent, propagent la haine doivent être identifiés et sanctionnés. Pas amnistiés sans que l’on ne sache ni leur identité ni l’étendue de leur responsabilité dans des crimes aussi odieux. 

Je ne souhaite pas du courage MNF, car c’est lui qui t’a conduit où tu es. Je souhaite que Rook veille sur toi.

Violences faites aux femmes Sénégal 

En cette période de forte tension électorale, l’association Violences Faites aux Femmes Sénégal CONDAMNE FERMEMENT l’agression quasi mortelle dont la journaliste et Directrice de la chaîne télé 7TV a été victime 

Une journaliste a le plein droit d’exercer sa profession et ne doit plus faire l’objet de violence dans ce pays. 

Halte aux violences faites aux femmes #journalistes exerçant au #Sénégal. 

Ibrahima Lissa Faye : « On a attenté à la vie de MaimounaNdour Faye avec une attaque au couteau »

Je viens d’apprendre que notre consœur et patronne de la 7TV est victime d’une agression lâche et sanglante. C’est ignoble de s’en prendre à une femme sans défense. CAP s’est saisie de la question et fera face. On a attenté à la vie de MaimounaNdour Faye avec une attaque au couteau. Journaliste en danger au Sénégal. De tout cœur avec toi chère consœur. Avec Emedia.

Haut du formulaire

……………………………..

Agression de Maimouna Ndour Faye : Six organisations de défense des droits humains appellent à une enquête et un procès équitable contre l’auteur

Selon « rewmi.com », les organisations de défense des droits humains ARTICLE 19 Sénégal et Afrique de l’Ouest, Amnesty International Sénégal, la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH), la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), AfrikaJom Center et AfricTivistescondamnent fermement l’agression physique contre la journaliste et Directrice de la chaîne de télévision 7TV, Maimouna Ndour Faye. Nous exigeons qu’une enquête soit diligentée afin que les auteurs soient identifiés et tenus responsables devant la justice dans le cadre d’un procès équitable.

Maimouna Ndour Faye, journaliste et Directrice de la chaîne de télévision privée 7TV, a été brutalement agressée et poignardée le jeudi 29 mars 2024. Elle a été admise aux soins dans un hôpital de la place. Nous exprimons notre solidarité à Maïmouna Ndour Faye et lui souhaitons un prompt rétablissement.

Cette attaque au couteau, dont l’auteur reste inconnu, est survenue devant le domicile de la victime alors qu’elle rentrait de son travail après son émission « Face à MNF» avec un député. Il est important de noter que cette agression s’inscrit dans une série d’attaques contre des journalistes et des médias ces dernières années et qui sont restées dans la plupart des cas impunies.

Rappelons que la résolution adoptée par le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies le 6 octobre 2020 sur la sécurité des journalistes invite les États à garantir la responsabilité à travers la conduite d’enquêtes impartiales, rapides, approfondies, indépendantes et efficaces sur tous les actes de violence, les menaces et les attaques présumés contre les journalistes et les travailleurs des médias. Toutes les formes de violence physique dirigées contre des journalistes sont des crimes contre la société, car elles portent atteinte à la liberté d’expression et, par voie de conséquence, aux autres droits et libertés énoncés dans les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Nous appelons l’État du Sénégal à :  Diligenter une enquête afin que le ou les auteurs soient identifiés et que le ou les coupables soient sévèrement sanctionnés, et renforcer les mesures de sécurité pour les journalistes, y compris la mise en place de dispositifs de protection et de sécurité lorsqu’ils couvrent des événements sensibles ou risqués tout en considérant les besoins spécifiques des femmes des médias en matière de protection et sécurité liées à leur travail.

En ces moments tendus en prélude de l’élection présidentielle, nous lançons un appel aux citoyens et aux acteurs sociaux à bannir toute forme de violence pour favoriser un débat sain dans l’espace public.

Ont signé pour nos organisations respectives :

· Alassane SECK (LSDH)
· Alfred Nkuru BULAKALI (ARTICLE 19 Sénégal et Afrique de l’Ouest)
. Alioune Tine (AfrikaJom Center)
· Cheikh FALL (AfricTivistes)
· Sadikh NIASSE (RADDHO)
· Seydi Gassama (Amnesty International Sénégal)

………………..

La CAP condamne un acte « d’une barbarie inacceptable »

Last but not least, toujours à propos de cette agression contre Maimouna Ndour Faye, la coordination des associations de presse (CAP), elle aussi, sorti un communiqué de presse pour fustiger cette attaque subie par la concevoir. La CAP a vigoureusement condamné et dénoncé avec fermeté cet acte d’une « violence inouïe ». Pour ladite structure, cette agression constitue une de trop contre les médias. « Un acte d’une barbarie inacceptable », estime la CAP.

La CAP dit interpeller l’Etat pour qu’une enquête soit diligentée pour identifier l’auteur ou les auteurs. Par la même occasion, elle appelle les acteurs politiques à pendre leurs responsabilités « pour que cessent ces attaques, intimidations, harcèlements, etc contre les femmes et les hommes de média ».

Par ailleurs, la CAP dit constater et regretter ces violences “ignobles” qui de plus en plus visent les journalistes, en particulier des dames.  Dans sa missive la CAP clame son engagement à accompagner Maimouna Ndour Faye pour toute action qu’elle entreprendra.  Enfin, la CAP appelle tous les journalistes à plus de prudence sur le terrain. Et, elle invite les autorités à plus de diligence pour la sécurité des femmes et des hommes de médias. 

Par Aminata DIARRA

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image
Choose Video
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X