avril 16, 2024
LA SOCIÉTÉ "MY MEDIA GROUP " SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU QUOTIDIEN "DAKARTIMES" DERKLE CITE MARINE N° 37. EMAIL: courrierdkt@gmail.com. SITE WEB: www.dakartimes.net.
Politique

Ce que les troubles de la CEDEAO signifient pour le Nigeria et la stabilité régionale

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont quitté la CEDEAO, le bloc régional qui les a sanctionnés après la prise du pouvoir par des officiers militaires dans chacun d’eux. Dans cette séance de questions-réponses, l’expert de Crisis Group, Nnamdi Obasi, évalue l’importance de ces événements pour l’architecture de sécurité de l’Afrique de l’Ouest et l’influence du Nigeria dans celle-ci.

Que s’est-il passé?

Une série de coups d’État dans le Sahel central continue de se répercuter en Afrique de l’Ouest. Le 28 janvier, le Burkina Faso, le Mali et le Niger – où des officiers militaires ont pris le pouvoir lors d’une série de putschs à partir de 2021 – ont annoncé qu’ils quittaient la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), un organisme de développement régional créé par le Traité de Lagos en 1975. La CEDEAO est une organisation de quinze pays dont le mandat est de promouvoir l’intégration économique (notamment par le biais de son Protocole de 1979 sur la libre circulation des personnes, le séjour et l’établissement). Au fil du temps, ce mandat a été élargi pour inclure la résolution des conflits et le maintien de la paix ; et ensuite promouvoir la démocratie et l’État de droit (y compris par le biais de son Protocole de 2001 sur la démocratie et la bonne gouvernance) dans toute l’Afrique de l’Ouest. Il a sans doute été le plus efficace de plusieurs blocs de ce type sur le continent, et sa cohésion est devenue à son tour une force essentielle de l’Union africaine (UA) lorsqu’elle a été formée à partir de l’Organisation de l’unité africaine en 2002.

La CEDEAO est à couteaux tirés avec le trio de régimes militaires au Sahel depuis un certain temps, en particulier depuis le putsch de juillet 2023 au Niger, dernier d’une série de coups d’État qui ont porté des officiers au pouvoir. Immédiatement après cette prise de pouvoir, soucieux de renforcer sa norme de régime constitutionnel, le bloc a imposé des sanctions à Niamey, les sanctions les plus sévères qu’il ait jamais imposées à un État membre. À la suite de résolutions des dirigeants du bloc, les autres États membres de la CEDEAO (à l’exception du Burkina Faso et du Mali, ainsi que de la Guinée, qui a connu son propre coup d’État en 2021) ont fermé leurs frontières avec le Niger, suspendu les transactions financières et gelé ses avoirs, exigeant que la junte rétablisse le président démocratiquement élu, Mohamed Bazoum, dans ses fonctions. Le voisin plus prospère du Niger, le Nigeria, a également coupé son approvisionnement en électricité, dont le Niger dépendait pour répondre à environ 70 % de ses besoins intérieurs. La CEDEAO a menacé d’intervenir militairement, ordonnant la mobilisation de sa force en attente, pour obtenir la réintégration de Bazoum si tout le reste échouait.

Le nouveau régime nigérien, ainsi que ses homologues du Burkina Faso et du Mali, ont vivement réagi à ces moyens de pression. Les autorités militaires burkinabè et maliennes ont promis de venir en aide aux Nigériens si la CEDEAO poursuivait son action militaire. En septembre 2023, les trois régimes ont fait monter les enchères en créant l’Alliance des États du Sahel, un pacte formel de défense mutuelle. Dans un contexte d’opposition croissante à une opération militaire, en particulier au sein de la population nigériane, les discussions sur une intervention de la CEDEAO ont commencé à s’estomper.

Mais les tensions sont restées. Le 1er décembre 2023, les ministres des Affaires étrangères des trois pays sahéliens ont proposé de former une confédération. Cette décision a marqué leur détermination à rechercher de nouveaux moyens de collaboration multilatérale, qui a abouti à leur décision capitale de quitter la CEDEAO.

Dans leur déclaration conjointe de retrait, publiée le 28 janvier, les dirigeants militaires des trois pays ont énuméré quatre griefs spécifiques contre la CEDEAO. Tout d’abord, ils ont allégué que la CEDEAO s’était « éloignée des idéaux de ses pères fondateurs et du panafricanisme ». « Sous l’influence de puissances étrangères », ont-ils poursuivi, le bloc a « trahi ses principes fondateurs » et est « devenu une menace pour ses Etats membres et ses populations dont il est censé assurer le bonheur ».Deuxièmement, les États sahéliens ont accusé la CEDEAO de ne pas les aider dans leur « lutte existentielle contre le terrorisme et l’insécurité », une référence à leurs luttes pour vaincre les djihadistes qui ont fait des milliers de morts parmi les civils et les combattants, ainsi que plus de deux millions de déplacés. Troisièmement, ils ont déploré que lorsque leurs pays assiégés « ont décidé de prendre leur destin en main, la CEDEAO a adopté une posture irrationnelle et inacceptable en imposant des sanctions illégales, illégitimes, inhumaines et irresponsables en violation de ses propres textes ». Enfin, ils ont accusé les sanctions de la CEDEAO d’avoir « affaibli davantage des populations déjà meurtries par des années de violence ».

L’annonce du retrait [du Burkina Faso, du Mali et du Niger] de la CEDEAO … pourrait avoir de lourdes conséquences sur les plans diplomatique, sécuritaire et économique.

L’annonce du retrait des trois pays de la CEDEAO, un événement sans précédent qui pourrait avoir de lourdes conséquences diplomatiques, sécuritaires et économiques, a provoqué une onde de choc en Afrique de l’Ouest. Elle a fait reculer les efforts déployés par les États membres, qui se sont étalés sur près de cinq décennies, pour parvenir à un marché régional intégré et à un développement économique collectif, ainsi que pour faire progresser la démocratie et la bonne gouvernance. Elle a également mis en péril les initiatives multilatérales visant à relever les défis transnationaux en matière de sécurité, en particulier les insurrections djihadistes, le banditisme et la criminalité organisée. En outre, elle a creusé les fossés entre les gouvernements élus occidentaux du bloc (dirigés par le Nigeria, la Côte d’Ivoire et le Ghana) et ses quatre pays dirigés par l’armée. Parmi ces derniers, trois (le Mali, le Burkina Faso et le Niger – mais pas la Guinée) ont récemment mis fin à leurs pactes de défense de longue date avec la France et/ou réduit leurs partenariats de sécurité avec l’Union européenne et les États-Unis. Ces trois pays se sont de plus en plus tournés vers la Russie comme partenaire de choix en matière de sécurité.

En réponse à l’avis de retrait, la CEDEAO a levé pratiquement toutes les sanctions contre les États séparatistes le 24 février, les exhortant à revenir dans le bloc et s’engageant à dialoguer comme voie à suivre pour résoudre les désaccords. Il a également confié à trois de ses membres – le Bénin, le Togo et la Sierra Leone – la responsabilité de négocier la libération de Bazoum de Niamey. La CEDEAO a déclaré qu’elle levait les sanctions pour des raisons humanitaires, comme Crisis Group l’avait précédemment exhortée à le faire. Mais cette volte-face était aussi en partie une reconnaissance tacite du fait que le retrait des États sahéliens avait soulevé des questions déconcertantes sur l’avenir du bloc. Les autorités militaires n’ont prêté que peu d’attention à ces ouvertures de la CEDEAO – et rien n’indique pour l’instant qu’elles reconsidèrent leur décision de partir.

Ces événements sont particulièrement importants pour le Nigeria, qui est le plus grand pays de la CEDEAO et le site de son siège. De nombreux Nigérians, en particulier dans les États frontaliers du Niger, qui ont des affinités commerciales, culturelles et même familiales avec le Niger, ont salué la levée des sanctions, qui nuisaient également à leurs moyens de subsistance. Mais des diplomates et des analystes à Abuja ont également exprimé discrètement leurs inquiétudes quant au fait que les tentatives d’apaiser les généraux pourraient avoir créé un dangereux précédent, affaiblissant le bloc et affectant négativement la position du Nigeria dans ce pays.

Pourquoi la CEDEAO est-elle si importante pour le Nigeria ?

Le Nigeria est fortement investi dans la CEDEAO. Avec le Togo, le Nigeria a été la force motrice de la fondation du bloc en 1975. (Les deux pays, soit dit en passant, étaient alors sous un régime militaire.) Représentant la moitié de la population de l’Afrique de l’Ouest et 67 % de son produit intérieur brut, le Nigeria a longtemps été la puissance dominante du bloc. Il fournit plus de 50 % du financement de la Commission de la CEDEAO, le plus haut organe administratif et exécutif de l’UE. Elle a également été le principal contributeur aux opérations de maintien de la paix de la CEDEAO. Elle accueille, à Abuja, sa capitale fédérale, trois des principales institutions de l’organisation, à savoir le siège de la Commission, le Parlement de la CEDEAO et la Cour de justice de la Communauté de la CEDEAO.

Une CEDEAO forte contribue à renforcer le statut du Nigeria en tant que puissance, non seulement en Afrique de l’Ouest, mais sur l’ensemble du continent. Il s’agit d’un multiplicateur de force pour Abuja et d’un pilier de l’architecture de sécurité de la région. À son apogée, dans les années 1990 et 2000, la CEDEAO a envoyé des missions de maintien de la paix qui ont aidé à mettre fin aux conflits armés au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée-Bissau (avec une participation importante du Nigeria dans les deux premiers cas) et ont contribué à restaurer la démocratie en Gambie. L’Union africaine et les puissances étrangères ont tendance à s’en remettre à la CEDEAO pour gérer les crises dans la région. Le retrait de trois pays membres est donc un revers majeur pour les intérêts nigérians – d’autant plus que cela s’est produit alors que l’organisation était sous la présidence tournante du président nigérian, Bola Tinubu. Le premiervice-président du Nigeria, Atiku Abubakar, a qualifié la perte des trois pays du Sahel de « grave débâcle diplomatique ».

Quelles sont les implications stratégiques de cette « débâcle » pour le Nigeria ?

La scission au sein de la CEDEAO pose un défi aux intérêts stratégiques du Nigeria en Afrique de l’Ouest. L’affaiblissement de la CEDEAO réduit la sphère d’influence immédiate du Nigeria. Les relations économiques croissantes entre chacun des pays séparatistes et la Russie (couvrant le développement des mines, des transports, des infrastructures, de l’énergie, de l’agriculture, des technologies de l’information et plus encore) suggèrent un éloignement de la CEDEAO et de ses partenaires occidentaux, et l’empreinte militaire croissante de Moscou dans la région est une préoccupation supplémentaire. Abuja pourrait avoir à faire face à des voisins – qu’ils restent sous un régime militaire ou non – qui sont plus alignés sur le projet géopolitique de la Russie visant à contrer l’influence occidentale que sur les objectifs de l’Afrique de l’Ouest tels qu’identifiés par la CEDEAO, tels que la promotion du développement régional, de la démocratie et de la paix. En outre, la perte d’influence dans la région pourrait éroder le soutien dont le Nigeria a besoin dans sa quête d’un statut de membre permanent d’un Conseil de sécurité de l’ONU réformé, bien que cette perspective semble loin pour le moment.

La sortie des trois pays sahéliens de la CEDEAO pourrait également nuire à la coopération régionale pour freiner les activités des djihadistes, des bandits et des syndicats du crime transnational.

La sortie des trois pays sahéliens de la CEDEAO pourrait également nuire à la coopération régionale pour freiner les activités des djihadistes, des bandits et des syndicats du crime transnational, aggravant l’insécurité, en particulier dans le nord du Nigeria. En particulier, en creusant le fossé entre le Niger et le Nigeria, le retrait pourrait diminuer la coopération bilatérale en matière de sécurité et freiner les opérations de la Force multinationale mixte (FMM), qui aide à contrer les insurrections djihadistes dans le bassin du lac Tchad. Niamey n’a donné aucune indication de son intention de quitter la FMM. Mais s’il décidait de se retirer, les forces nigérianes seraient soumises à une pression accrue, selon un ancien commandant de l’École d’études juridiques de l’armée nigériane, le général de brigade à la retraite Godwin Anyalemechi.

La détérioration des relations entre le Nigeria et le Niger, avec lequel il partage une frontière de plus de 1 500 km et des liens économiques étroits, pourrait également avoir d’autres implications. En 2022, les échanges commerciaux entre les deux pays s’élevaient à environ 226 millions de dollars, selon les données du Centre du commerce international. Mais depuis août 2023, ce volume s’est considérablement réduit, suite à la fermeture de la frontière et à la suspension des vols entre les deux pays, en raison à la fois de l’application par Abuja des sanctions de la CEDEAO contre le Niger et des mesures réciproques de Niamey pour légitime défense. Malgré la levée des sanctions, la sortie du Niger de la CEDEAO pourrait empêcher le commerce entre les deux pays de rebondir complètement, car les commerçants devront désormais payer des droits de douane sur les importations, ce qui aura des répercussions négatives sur les moyens de subsistance dans les États frontaliers et au-delà.

La détérioration des relations entre Abuja et Niamey met également en péril – et pourrait à terme saborder – deux projets importants : une voie ferrée de 284 km reliant les deuxièmes villes des deux pays (Kano au Nigeria et Maradi au Niger) ; et l’ambitieux gazoduc transsaharien de 4 100 km qui pourrait acheminer jusqu’à 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel nigérian vers l’Europe chaque année.

Comment ces événements se sont-ils déroulés dans la politique nigériane ?

La perte de trois États membres par le bloc est une grande déception pour le président Tinubu, qui a vu dans la crise à la fois une occasion de s’affirmer en tant qu’homme d’État et de renforcer les références de la CEDEAO en tant que garant de l’ordre constitutionnel dans la région.

Le 9 juillet 2023, juste avant le coup d’État au Niger, Tinubu est devenu président de la CEDEAO lors du sommet de l’organisation en Guinée-Bissau. En acceptant le poste, il s’est engagé à accorder une grande importance à la paix et à la sécurité et a promis une ligne dure contre les prises de pouvoir par l’armée, déclarant : « Nous ne permettrons plus coup d’État après coup d’État en Afrique de l’Ouest. … Nous ne devons pas siéger à la CEDEAO comme des bouledogues édentés ». Tinubu était un fervent partisan d’une action ferme pour renverser le coup d’État au Niger, demandant au parlement nigérian d’approuver un « renforcement militaire et le déploiement de personnel pour une intervention militaire afin de faire respecter la junte militaire au Niger si elle restait récalcitrante ». Lors de la réunion d’urgence des chefs d’État de la CEDEAO à Abuja le 30 juillet 2023, Tinubu a déclaré avec force que « nous n’avons plus le temps d’envoyer un signal d’alarme. Il est temps d’agir. Il a ensuite fait marche arrière, affirmant que c’était lui qui empêchait la CEDEAO et d’autres forces non nommées d’envahir le Niger. Il semble clair, cependant, que les circonstances l’ont obligé à reculer. Le Burkina Faso et le Mali s’étaient engagés à défendre le Niger, soulevant le spectre d’une guerre entre les États de la CEDEAO et l’alliance sahélienne. Tinubu a également dû faire face à une opposition intérieure imprévue, mais écrasante, à l’idée d’une opération militaire étrangère.

Les troubles au sein de la CEDEAO, ainsi que le passage rapide de la confrontation à l’apaisement des dirigeants militaires, ont suscité des inquiétudes chez de nombreux Nigérians quant à la direction de Tinubu à la tête du bloc. Sa menace initiale d’une action militaire contre les autorités militaires nigériennes (largement considérée comme précipitée et mal avisée) ; l’imposition de sanctions paralysantes qui ont eu un effet boomerang dans le nord du Nigeria ; son incapacité à renverser le coup d’État à Niamey ; Et puis son incapacité à éviter la scission au sein du bloc régional a non seulement mis en évidence les limites institutionnelles du bloc, mais a également remis en question son jugement.

Les analystes nigérians qui se sont entretenus avec Crisis Group attribuent la mauvaise gestion de la réponse de Tinubu au coup d’État au Niger à divers facteurs. Tout d’abord, disent-ils, sa connaissance apparemment limitée des relations séculaires entre les peuples des deux pays : il vient de Lagos, dans l’extrême sud, et n’était donc peut-être pas particulièrement à l’écoute des liens historiques du nord du Nigeria avec le Niger ; il n’avait pas constitué son équipe des affaires étrangères au moment du putsch de Niamey ; Apparemment, il n’a pas consulté les dirigeants du Nord à grande échelle. En outre, Usman Bugaje, ancien président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants et envoyé spécial de l’ancien président Olusegun Obasanjo au Soudan (2000-2003), a déclaré que l’imposition de sanctions radicales et la menace d’une action militaire contre le Niger reflétaient un manque de compréhension de « la problèmes de situation » derrière ce qu’il a qualifié de « coup d’État de libération » de la France qui a bénéficié d’un soutien populaire important. En ce qui concerne la politique du Nigeria, Tinubu n’a pas suffisamment réfléchi aux implications intérieures des sanctions et à la menace d’une intervention militaire.

Le deuxième facteur, disent-ils, était l’empressement de Tinubu à ce que les puissances occidentales le considèrent comme le champion de la démocratie dans la région. Certains analystes affirment qu’à cet égard, il a peut-être agi par auto-préservation. Élu avec le plus petit mandat de tous les présidents nigérians depuis le retour du pays à la démocratie en 1999, et alors que son élection était toujours sous la surveillance défavorable des observateurs internationaux et qu’elle faisait l’objet de contestations judiciaires dans son pays, Tinubu a peut-être tenté de consolider sa légitimité. Mais sa position ferme est peut-être aussi véritablement enracinée dans son propre passé pro-démocratie : il a participé à la Coalition nationale démocratique qui a fait campagne contre la dictature du défunt général Sani Abacha, ce qui a conduit à son exil, dans les années 1990.

Paris a été particulièrement agressif… dans sa réponse au coup d’État au Niger.

Un troisième élément, selon les analystes nigérians, était l’influence présumée de la France. Paris a été particulièrement agressif (et contre-productif) dans sa réponse au coup d’État au Niger en particulier. Son soutien très virulent à la ligne dure de la CEDEAO contre les putschistes nigériens a alimenté le récit selon lequel la CEDEAO, sous la direction de Tinubu, était entraînée dans un conflit évitable avec un voisin, à la demande des puissances occidentales. Le 31 janvier, un groupe de six organisations de la société civile de premier plan, principalement basées dans le nord du pays, a envoyé une lettre à Tinubu dans laquelle il disait : « La trajectoire actuelle de la CEDEAO sous votre direction soulève de sérieuses préoccupations. … [Cela] donne l’impression que la CEDEAO pourrait mettre en œuvre un scénario influencé par des intérêts extérieurs et impérialistes, en particulier de la part d’anciennes puissances coloniales comme la France. C’est vraiment troublant ». L’ancien président Bugaje a abondé dans le même sens : « Il y a des raisons de soupçonner qu’il y a beaucoup d’influence française écrasante dans notre politique étrangère. … Les gens ont des raisons de soupçonner qu’il n’y a pas que l’intérêt de la CEDEAO dans cette affaire ».

Cette suspicion s’est renforcée en raison des séjours répétés de Tinubu à Paris (au moins quatre) depuis son élection en février 2023, y compris son premier voyage international en tant que président. À au moins deux de ces occasions, il s’est apparemment rendu en France pour des soins médicaux, bien qu’aucune explication officielle n’ait été donnée. Des responsables du ministère nigérian des Affaires étrangères affirment que les relations entre le Nigeria et la France se sont renforcées sous l’administration de Tinubu, mais il n’y a aucune preuve d’un changement dans le partenariat étranger des amis traditionnels du Nigeria aux États-Unis et en Grande-Bretagne vers la France. (L’élite de la politique étrangère du Nigeria se méfie généralement de la France, en raison de son soutien au Biafra sécessionniste à la fin des années 1960, de son opposition à la formation de la CEDEAO dans les années 1970 et de son influence hégémonique continue sur ses anciennes colonies d’Afrique de l’Ouest.) Pourtant, les visites répétées de Tinubu à Paris, et le silence officiel sur le but de certains de ses voyages, ont contribué à donner l’impression qu’il recevait des instructions de la France.

L’erreur de calcul de Tinubu en réponse au coup d’État au Niger ne lui a peut-être pas coûté beaucoup de soutien intérieur, car la politique étrangère n’est pas une question majeure pour les citoyens, mais elle ne lui a certainement pas valu d’éloges. D’une part, dans le nord du Nigeria, de nombreux analystes attribuent sa ligne dure initiale sur le coup d’État au Niger au fait qu’il n’a pas tendu la main aux dirigeants du nord bien informés qui lui auraient offert de meilleurs conseils. D’autre part, dans le sud, les analystes affirment que l’incapacité de la CEDEAO à mettre à exécution sa menace initiale d’intervention militaire a fait paraître Tinubu (en tant que dirigeant actuel du bloc) faible. Pire encore, au-delà du Nigeria, l’inaction de Tinubu a envoyé le signal que lui et la CEDEAO peuvent aboyer mais pas mordre. Certains craignent que la perception d’une CEDEAO affaiblie sous la direction du Nigeria n’enhardisse les aventuriers militaires dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest ainsi que le Corps africain soutenu par la Russie, le successeur des mercenaires notoires du groupe Wagner dans la région.

Qu’est-ce que la tourmente de la CEDEAO révèle sur le pouvoir et l’influence du Nigeria ?

Le tumulte au sein de la CEDEAO est, au moins en partie, le reflet de la diminution de l’influence du Nigeria en Afrique de l’Ouest. L’influence du Nigeria est en déclin depuis plus d’une décennie, alors que le pays est aux prises avec les défis sécuritaires et le malaise économique qui ont émergé sous les présidences d’Umaru Yar’Adua et de Goodluck Jonathan (2007-2015), mais qui se sont considérablement aggravés au cours des huit années de présidence léthargique de Muhammadu Buhari (2015-2023).

Le gouvernement de Buhari a lutté sur plusieurs axes. Il n’a pas été en mesure d’élaborer et de rallier le bloc à une vision stratégique pour le développement et la sécurité régionaux, étant préoccupé, voire submergé par plusieurs défis de sécurité intérieure, notamment l’insurrection djihadiste dans le Nord-Est, le banditisme dans le Nord-Ouest, les tensions entre éleveurs et agriculteurs, en particulier dans la zone Centre-Nord, et l’insécurité croissante associée à l’agitation sécessionniste du Biafra dans le Sud-Est. Aux prises avec des difficultés intérieures, le Nigeria a aussi parfois poursuivi ses propres priorités avec apparemment peu de considération pour les intérêts collectifs. Ce n’est qu’à contrecœur qu’il a accepté de travailler avec les membres de la CEDEAO, le Niger et le Bénin, ainsi qu’avec le Cameroun et le Tchad, pour former la FMM afin de faire face au groupe djihadiste Boko Haram. D’août 2019 à décembre 2020, il a fermé ses frontières terrestres avec ses voisins – le Tchad, le Cameroun, le Bénin et le Niger – dans le but de lutter contre la contrebande de produits, d’armes à feu et de produits pétroliers raffinés. La fermeture, qui n’a guère contribué à réduire la contrebande, a violé un accord de la CEDEAO garantissant la liberté de circulation, tant dans la lettre que dans l’esprit, nuisant aux économies des pays voisins et semant la méfiance.

Lorsque Tinubu, en acceptant la présidence tournante de la CEDEAO en juillet 2023, a déclaré que « le Nigeria est de retour », c’était un aveu que le pays avait été largement absent du leadership régional. Pourtant, la proximité de Tinubu avec la France, que beaucoup en Afrique de l’Ouest francophone considèrent avec une profonde méfiance, a exacerbé le déficit de confiance entre les voisins du Nigeria.

Quelle est la voie à suivre pour le Nigeria et pour la CEDEAO ?

Il est important d’attirer les sortants dans le giron de la CEDEAO – bien qu’il s’agisse d’un défi de taille – pour plusieurs raisons. Une CEDEAO brisée érodera des décennies d’efforts économiques, politiques et sécuritaires en Afrique de l’Ouest. Sur le plan économique, bien que les trois pays sahéliens ne représentent que 17,4 % de la population de la région et 10 % de son produit intérieur brut de 761 milliards de dollars, leur retrait réduira la taille du marché de la CEDEAO. Comme l’a indiqué la Commission de la CEDEAO, la sortie des trois pays pourrait également mettre un terme à des projets d’une valeur de plus de 500 millions de dollars entrepris par le bloc, ainsi qu’à des projets d’une valeur de 321,6 millions de dollars supplémentaires poursuivis par les institutions financières de la région. Sur le plan politique, le départ du trio pourrait inciter d’autres États membres impliqués dans des différends avec le bloc à se retirer également, tandis que leur éloignement du bloc pourrait prolonger le régime non démocratique dans ces pays et encourager les autorités militaires dans d’autres, notamment la Guinée, à retarder le rétablissement de l’ordre constitutionnel. Du point de vue de la sécurité, une scission durable rendra la coopération régionale multilatérale et bilatérale en matière de sécurité pour relever les défis communs – insurrections djihadistes, banditisme et criminalité transnationale organisée – beaucoup plus difficile, voire impossible.

La CEDEAO a déclaré qu’elle continuerait à chercher une voie négociée pour aller de l’avant, bien que les trois États du Sahel ne semblent pas intéressés par des pourparlers. Le 17 février, lors du sommet de l’UA à Addis-Abeba, Tinubu a promis aux pays séparatistes que : « Si vous venez à la table pour discuter de questions importantes de bonne foi, vous trouverez déjà le Nigeria et la CEDEAO assis là à vous accueillir comme le frère que vous êtes ». Le 24 février, les chefs d’État de la CEDEAO et la Commission de la CEDEAO ont réitéré leur volonté de négocier. La Commission de l’UA s’est engagée à faciliter les négociations. Il s’agit là d’un premier pas bienvenu, et bien que les trois États du Sahel aient déclaré que leur sortie de la CEDEAO était irréversible et n’ont montré aucun signe de volonté de revenir au bercail, le bloc régional devrait persévérer dans ses efforts de réconciliation, en faisant tous les efforts responsables pour créer les conditions qui pourraient encourager les trois pays à répondre de la même manière.

Le gouvernement nigérian … devrait redoubler d’efforts diplomatiques pour persuader [le Burkina Faso, le Mali et le Niger] de revenir à la table des négociations.

Premièrement, le gouvernement nigérian, en étroite collaboration avec la Commission de la CEDEAO, devrait redoubler d’efforts diplomatiques pour persuader les trois pays de revenir à la table des négociations. Il pourrait le faire en engageant des acteurs non étatiques crédibles (chefs traditionnels et religieux, personnalités éminentes dont le Comité des sages de la CEDEAO, femmes leaders et groupes de la société civile), en tant qu’émissaires auprès des pays du Sahel central qui se sont retirés du bloc. Compte tenu de sa relation historique particulière avec Niamey et du prix qu’il paierait si la scission se prolongeait, le Nigeria devrait consacrer un effort particulier à la guérison de son différend avec le Niger.

Deuxièmement, le Nigéria et la Commission de la CEDEAO devraient lancer un processus pour répondre aux griefs qui ont été exposés par les pays séparatistes, comme cela a été souligné précédemment. Au minimum, il devrait s’engager à revoir en profondeur les programmes et les activités de l’organisation, afin de rassurer les États membres sur le fait qu’ils sont correctement alignés (ou réalignés) sur le mandat fondamental de l’UE, qui est de renforcer l’économie, de stimuler les infrastructures et de soutenir les moyens de subsistance. Il devrait également s’engager à intensifier l’assistance aux États du Sahel central dans la lutte contre les insurrections djihadistes et le terrorisme, notamment en faisant preuve d’un nouveau sentiment d’urgence dans la mobilisation de la force antiterroriste proposée de longue date par le bloc régional.

Troisièmement, les États membres de la CEDEAO doivent faire preuve d’une meilleure compréhension du sentiment populaire dans les pays francophones de la région, en particulier du mécontentement généralisé des citoyens à l’égard des relations postcoloniales avec la France, qu’ils considèrent de plus en plus comme de l’exploitation et inacceptables. La CEDEAO devrait reconnaître publiquement la nécessité de relations économiques plus justes et plus équitables entre ses membres francophones et Paris, en cherchant des occasions de montrer clairement que le bloc trace sa propre voie. Les États membres devraient s’efforcer de dissiper l’idée répandue selon laquelle la CEDEAO est guidée par la France et d’autres puissances occidentales, un point de vue qui fait de plus en plus d’adeptes, même dans les pays membres anglophones.

Quatrièmement, alors que les dirigeants de la CEDEAO s’inquiètent à juste titre du fait que les coups d’État mettent en danger la démocratie en Afrique de l’Ouest, ils devraient repenser leur approche pour aider les États de la région à résister aux prises de pouvoir militaires. S’ils doivent conserver les sanctions contre la fin brutale de la démocratie, comme le prévoit l’article 45 des protocoles de gouvernance de l’UE, d’autres outils sont également nécessaires. En particulier, ils doivent mettre davantage l’accent sur la prévention et, le cas échéant, sur la sanction des transgressions constitutionnelles et électorales, ainsi que des graves violations des droits de l’homme qui créent souvent un terrain fertile pour les coups d’État, plutôt que de s’appuyer si fortement sur les mesures punitives post-coup d’État.

Enfin, les pourparlers de réconciliation n’aboutiront que si les deux parties font des concessions, et les trois États séparatistes ont un rôle à jouer. Dans l’intérêt de la courtoisie et de la sécurité régionales (y compris les leurs), et par respect pour les droits civils et politiques de leurs propres citoyens, ils devraient prendre au sérieux les branches d’olivier que tend la CEDEAO, chercher des moyens de réparer les relations de voisinage et revenir à un régime constitutionnel le plus tôt possible. Afin d’éliminer les obstacles avant les négociations plus substantielles nécessaires à une éventuelle réconciliation, les dirigeants militaires du Niger devraient libérer le président déchu, Bazoum, de sa détention sans condition. Pour faciliter cette libération, ils devraient rencontrer les trois pays à qui la CEDEAO a confié la négociation de la libération de Bazoum – le Bénin, le Togo et la Sierra Leone – et se mettre d’accord avec eux pour lui permettre de s’exiler dans n’importe quel pays du bloc, jusqu’à ce que l’ordre constitutionnel soit rétabli à Niamey.

Que se passe-t-il si les efforts de réconciliation échouent ?

Bien qu’il y ait toutes les raisons d’essayer de guérir le fossé entre la CEDEAO et les trois États défunts, le succès risque de rester insaisissable. La plupart des diplomates et des analystes à Abuja semblent convaincus que les nations éloignées sont déjà allées trop loin et qu’à l’heure actuelle, leur retour dans le bloc semble très improbable.

Si la CEDEAO n’est finalement pas en mesure de les persuader de revenir, il sera important d’envisager des alternatives qui servent certains des mêmes objectifs. Une approche pourrait consister à rechercher un accord avec l’Alliance des États sahéliens sur un cadre de désengagement calibré du bloc et, par la suite, de cohabitation pacifique. Un tel cadre devrait définir des procédures et des calendriers pour la réinstallation des agences et du personnel de la CEDEAO actuellement basés au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Peut-être plus important encore, le cadre devrait clarifier le statut des citoyens des deux blocs, en termes de leurs droits de circulation, de travail et de résidence dans l’autre bloc, en interdisant les expulsions massives. Grâce à un tel effort, les dirigeants de la CEDEAO et de l’Alliance pourraient trouver des moyens d’atténuer les dommages à la sécurité et à l’économie de la région que leur désaccord a déjà causés. De Crisis Group

 

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image
Choose Video
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X