mai 26, 2024
LA SOCIÉTÉ "MY MEDIA GROUP " SOCIÉTÉ ÉDITRICE DU QUOTIDIEN "DAKARTIMES" DERKLE CITE MARINE N° 37. EMAIL: courrierdkt@gmail.com. SITE WEB: www.dakartimes.net.
Sécurité

Les États du bassin du lac Tchad peuvent couper la bouée de sauvetage du terrorisme : son financement

Il est essentiel de perturber le financement et les économies locales de la violence pour vaincre les groupes terroristes.

Le Nigeria a récemment sanctionné plusieurs personnes et entités pour avoir prétendument financé le terrorisme. La liste comprend six Nigérians condamnés à 10 ans de prison à perpétuité en 2019 pour avoir créé une cellule de Boko Haram aux Émirats arabes unis (EAU) afin de collecter des fonds pour Boko Haram au Nigeria.

Cela montre la dynamique internationale du financement du terrorisme, impliquant des institutions financières non bancaires comme Bureau De Change et d’autres entreprises. Les États-Unis ont également placé ces personnes sur leur liste de sanctions.

Le Nigeria affirme connaître des dizaines de parrains de Boko Haram, mais n’a été en mesure de poursuivre ou de condamner aucun d’entre eux. En janvier, le Nigeria était l’un des 21 pays, dont son voisin du bassin du lac Tchad, le Cameroun, sur la liste grise du Groupe d’action financière. La liste nomme les pays « dont les mesures de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme sont faibles ».

L’imposition de sanctions s’aligne sur la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la répression du terrorisme, mais elle n’est pas suffisante. Il est tout aussi important d’utiliser les preuves et le droit pour perturber le financement du terrorisme et les économies de violence qui soutiennent les groupes armés terroristes et non étatiques, y compris par le biais de l’application de la loi.

Par exemple, les flux financiers de l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP), une faction de Boko Haram, sont renforcés par l’État islamique (EI). L’ISWAP est l’une des franchises les plus importantes de l’Etat islamique, et son soutien confère au groupe ouest-africain résilience et adaptabilité, lui permettant de continuer à fonctionner dans le bassin du lac Tchad. Le démantèlement des réseaux financiers de l’ISWAP nécessite une stratégie solide impliquant des efforts conjoints de la part des quatre pays touchés du bassin du lac Tchad et au-delà, à mesure que le groupe étend ses opérations.

Les recherches de l’Institut d’études de sécurité (ISS) montrent que les revenus de l’ISWAP sont générés par l’exploitation des économies locales, ainsi que par le soutien étranger et le crime organisé, y compris les enlèvements, l’extorsion et la collaboration avec des agents de sécurité.

Malgré les condamnations des Émirats arabes unis, l’EI continue de financer l’ISWAP. Cela prend la forme de nouveaux paiements mensuels à ses combattants et d’un soutien aux activités de gouvernance dans les zones contrôlées par l’ISWAP, telles que la prise en charge des veuves, des orphelins et des personnes handicapées. On s’attend également à ce que les administrateurs, les agents de santé et les agriculteurs bénéficient d’un soutien financier. Tout cela fait partie de la stratégie de l’ISWAP pour attirer des recrues, prévenir les défections et améliorer son image auprès des civils dans les zones qu’il contrôle.

Compte tenu de son réseau économique élaboré, il n’est pas clair pourquoi l’ISWAP a besoin de l’argent de l’EI. Peut-être des ressources supplémentaires sont-elles nécessaires pour se remettre des défaites subies par les forces gouvernementales dirigées par la Force multinationale mixte, ou de la récente perte de territoires importants au profit d’une autre faction de Boko Haram, Jama’atu Ahlis-Sunna Lidda’Awati Wal-Jihad (JAS). Ou pour financer l’expansion agressive de l’ISWAP dans le nord-ouest et le centre-nord du Nigeria ?

Étant donné que l’ISWAP s’appuie sur des collaborateurs civils pour acquérir des biens et faire des courses, il a toujours besoin de liquidités substantielles pour payer des taux supérieurs à ceux du marché. D’anciens membres qui ont récemment fait défection affirment que l’ISWAP est financièrement solide et que les fonds de l’EI ont été proposés par l’organisation terroriste mondiale, et non demandés par l’ISWAP. Cependant, les événements récents mentionnés ci-dessus soulignent les difficultés financières probables du groupe et la nécessité de lever des fonds.

Des civils dans certaines zones contrôlées par l’ISWAP ont déclaré aux chercheurs de l’ISS que le groupe avait récemment augmenté les impôts et exigé d’autres paiements de leur part. Les pêcheurs qui utilisent la technique de la « gura » (piège malien) paient désormais 50 000 ₦ (38 dollars) pour un permis de pêche, soit une augmentation de 67 % par rapport à il y a deux ans. La taxe sur un carton de poisson transformé est passée à 5 000 ₦ (4 $ US), et les éleveurs se sont plaints que la taxe sur le bétail était maintenant de 4 000 ₦ (3 $ US). Les frustrations de la communauté qui en résultent sont apparemment en partie responsables de la défection de certains combattants de l’ISWAP pour rejoindre le JAS.

Il n’est pas facile de lutter contre le financement du terrorisme. Néanmoins, l’exemple des Émirats arabes unis montre que les États du bassin du lac Tchad pourraient faire face à la menace de l’ISWAP en lui coupant son oxygène. Pour ce faire, il faut identifier et éliminer les sources de revenus en encourageant la participation des communautés, en sensibilisant aux dangers de la collaboration avec l’ISWAP et en créant des emplois pour empêcher les civils de chercher d’autres moyens de subsistance auprès du groupe terroriste.

Les États du bassin du lac Tchad doivent être prêts à collaborer et à prendre position contre le financement du terrorisme

Il y a suffisamment de lois à l’intérieur et à l’extérieur des pays du bassin du lac Tchad qui peuvent contribuer à perturber les finances de l’ISWAP. Les quatre États du bassin ont ratifié la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre le terrorisme. Et tous appartiennent à des organisations régionales qui luttent contre le financement du terrorisme.

Le Cameroun et le Tchad font partie du Groupe d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale. Le Niger et le Nigeria font partie du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest. Les deux organisations sont membres du réseau mondial du Groupe d’action financière. Les quatre pays disposent également de cellules de renseignement financier pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Seul le Tchad n’a pas encore ratifié la Convention internationale des Nations unies pour la répression du financement du terrorisme. Cet accord international crucial encourage la collaboration, les nations étant en mesure d’appeler à l’aide d’autres pays si nécessaire.

Tout en reconnaissant la tâche herculéenne de la lutte contre le financement du terrorisme, en particulier en ce qui concerne Boko Haram, la lutte est gagnable. Les États du bassin du lac Tchad doivent être prêts à collaborer et à prendre position contre la bouée de sauvetage du terrorisme – son financement – en utilisant les outils et les lois à leur disposition.

Par Malik Samuel, Chercheur, Bureau régional de l’ISS pour l’Afrique de l’Ouest, le Sahel et le bassin du lac Tchad

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image
Choose Video
WP2Social Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
X